De Stranded Deep à Subsistence quand le jeu vidéo vous demande de survivre.

alyxlancien
Le jeu Stranded Deep

J’avais jamais écris sur les jeux de survie souvent appelé (à tord pour tous) « Survival« . Depuis UnReal World (1992) le jeu de survie est devenu incontournable. Minecraft apportant son système de craft de type « Bac à sable » dans un genre qui a su se redéfinir au fil des décennies.

l’Influence du cinéma a aussi eu forcement un impact significatif dans le domaine vidéoludique du genre. Le film « seul au monde » avec Tom Hanks ou la version revisité de Robinson Crusoé, voir la série des années 80 « les Robinsons » ont eu une influence. Pour exemple le jeu indépendant de survie et d’aventure Stranded Deep développé par le studio BEAM Team Games empruntant allégrement certains aspects au cinéma.

« Wollie » la mascotte du jeu Stranded Deep

Notons « wollie » (Stranded Deep) qui est un clin d’œil au film « seul au monde » et qui devient un personnage à part entière du film et par la même du jeu. Ce ballon de volley ball avec un visage dessiné avec du sang (suite à une blessure). Le jeu vidéo dans sa version dite « survivaliste » a souvent été galvaudé, du moins avec le terme « survival » que l’on lui colle un peu trop souvent. Resident Evil a été le 1er jeu nommé ou le terme « Survival » Horror a été mis en avant . Alors qu’au fond il ne s’agit que d’un jeu d’horreur/action et de suspense (De grande qualité et fondateur d’un genre à part entière).

Subsistence

Subsistence du studio ColdGames quand à lui forçant le survivalisme vers l’évolution technologique avec divers moyens techniques . Et ainsi arriver à un stade plutôt élevé de son propre environnement de vie. Cela demandant extrêmement de temps dans un jeu souvent défini comme « hardcore » par bon nombre de joueurs.

Je m’arrête à ces deux jeux faisant l’impasse sur d’autres jeux (pourtant excellent) comme The Forest, Subnautica, DayZ… et j’en passe, et par le fait qu’énormément de jeux ont trop souvent empruntés les mêmes contextes environnementaux, c’est à dire « post-Apo » (post apocalyptique).

De plus les genres « Battle Royale » comme PlayerUnknown’s Battlegrounds (PUBG) ou Fortnite ont aussi repris les ficelles du survivalisme d’autres productions. Dénaturant par la même le principe même du survivalisme solitaire. Notons tout de même qu’un jeu comme The Long Dark du studio « indé » Hinterland Studio redéfini un peu le genre dans une version plus scénarisée (Plutôt bien construite).

Stranded Deep Let’s play par Timour

Seul au monde ou presque… : Stranded Deep

Stranded Deep s’attache donc à nous faire vivre une aventure qui dans le contexte scénaristique peu être ancré dans le réel. Développé depuis 2015 (PC) par Beam Team Game le jeu nous plonge en tant que joueur ou nous devons incarner un homme ou une femme dans un avion survolant l’océan Pacifique.

L’avion s’échoue dans l’océan et le joueur se retrouve dans un canot de secours, près d’une île déserte. Le but du jeu sera de survivre dans un environnement paradisiaque mais hostile (Le film Seul au monde, encore…). Ce qui est intéressant c’est qu’il vous faudra voyager pour améliorer vos compétences et forcement trouver des ressources indispensable pour votre survie. Arrivé sur console PS4 et Xbox One le 21 Avril 2020 le jeu semble avoir repris un certains regain d’intérêt dans la communauté des survivalistes et d’autres curieux du genre.

Stranded Deep, survivre et construire

Mises à jours assez constante et patchs de corrections, le jeu s’améliore (sur PC) mais demande encore de la stabilité sur console. Ce qui est intéressant dans ce soft, vous avez deux options qui peuvent vous êtes proposées… Seulement si vous le décidez! En effet, vous avez la possibilité de partir ou de rester. Et le choix est intéressant parce qu’il ne suit pas obligatoirement de trame scénaristique classique. De plus il y a l’aspect contemplatif avec ces îles, fond de mer (magnifique au passage), levés et couchés de soleil très réussi!

contemplatif

Des îles qui peuvent paraître paradisiaque mais dangereuse par une faune (surtout les requins) très agressives. Néanmoins le jeu est assez facile dans son ensemble quand vous maîtrisez la majorité des crafts. Des crafts ou certains matériaux vous obligent à sortir en mer pour les trouver et forcement… il y a les tempêtes, voir la perte de son radeau (Un classique pour ceux qui oublient de jeter l’ancre ou qui tombent en mer).

Construction, culture de fruits exotiques et de plantes, chasse, soins personnel c’est plutôt complet tout en restant logique et classique.

Stranded Deep se révèle être un jeu différent loin des invasions de zombies, des combats en multi ou de technologie trop évoluée. il reste assez intemporel en fin de compte et parfois reposant…loin de la civilisation (une option de vie?).

Subsistence…une longue et dur survie.

Survivre et évoluer: Subsistence

Subsistence s’apparente à un « survival Craft » évolutif d’une difficulté assez élevée. Il n’y a pas de réel scénario et c’est vous qui faite quelque part l’histoire. Certains contextes font penser à des gens enfermés dans une grande map, celle-ci est délimitée par des grilles (?).

Vous n’êtes pas seul… Des chasseurs (Hunter/PNJ) construisent eux aussi leur base et seront agressifs par la suite. Vous pouvez modifier leur apparition dans les options rendant si vous le voulez le jeu plus « facile ». On quitte l’aspect contemplatif d’un Stranded Deep pour quelque chose de plus recherché en terme de crafting. Vous pouvez donc évoluer très haut en terme de technologie sans tomber dans de la science fiction.

Des crafts et un système évolué

Mais il vous faudra du temps…beaucoup de temps et de calculs énergétiques pour votre base. Le jeu propose aussi des visites dans de grands étangs ou se trouve des cavités intéressante en terme de ressource rare.

Subsistence Let’s play par Timour

Violemment chronophage dans un univers hostile le jeu est un bon challenge pour les fans de survie et de craft évolués. Graphiquement le jeu se tient et des mises à jours récentes ont permise un certain bon dans se domaine. Des effets assez joli y figurent maintenant et l’ajout de nouvelles choses comme des sangliers et fraisiers (dernière mise à jour).

Subsistence permet aussi de réfléchir en ce qui relève de l’importance cruciale et de chose de moindre utilité. C’est ici sont point fort, le choix! Notons qu’il est possible de crafter des vêtements qui semblent être indispensable lorsqu’il fait froid ou améliorent votre résistance aux coups (ou balles, morsures…).

Le jeu est plutôt complet et semble plutôt stable sur PC avec un bon suivi de mise à jour.

En conclusion :

Il n’est pas simple de choisir « SON » jeu tant que le nombre de productions plus ou moins inégales semblent se multiplier dans le genre. Néanmoins on retrouve ces titres chez les « indés » et cela prouve encore une fois que la créativité se situe encore dans cette partie du monde libre du jeu vidéo…

L’Ancien

alyxlancien
alyxlancien

"l'ancien". Ancien pour plus de 25 ans de passion vidéo ludique. Regard et analyse des contextes environnementaux lié au monde jeu vidéo. Joueurs, testeurs et chroniqueur indépendant. "Le jeu vidéo est art ludique, c'est une liberté totale de pensé et de créativité qui mène à l’expansion de la libre expression artistique.Il n'engendre donc pas un enfermement, mais une ouverture sur l'imaginaire collectif. En quelque sorte c'est une porte sur notre propre liberté individuelle." A."l'ancien"

Leave a Reply