The Long Dark (Alpha) « Vu par l’ancien »

alyxlancien

survive

The Long Dark (Alpha)

« Survivalisme contemplatif»

 

La naissance :
Développé par Hinterland Studio un studio « indépendant » (édition et développement), The long Dark est apparu en 2013 sous forme d’une réussite participative sur la plateforme Kickstarter.

Forte de cette réussite, la version Alpha est apparu sur Steam en 2014 en accès anticipé.
Et vu l’accueil positif don il a bénéficié, il s’est retrouvé fin 2015 en « Game Preview » sur la plateforme Xbox One.
L’histoire :
Le joueur incarne un pilote de brousse qui s’est écrasé dans la nature sauvage glacée du Canada et doit lutter pour sa survie après une catastrophe mondiale.

Le but :
Et c’est la que tout commence par ce mot ; « Survie » !
Le jeu est en quelque sorte une simulation de survie qui prend en compte nombres d’aspects biologique et mental.

Il incorpore les règles du survivalisme en milieu hostile.
Mais un monde hostile naturelle !
Pas de monstre, de zombie, pas de « coop » ou de multijoueurs (Parfois lourd dans ce type de jeu).
Des loups, Ours et d’autre animaux viendront vous taquinez seulement si ils ont peur (une agressivité somme toute logique).

Dans ce contexte on est seul ! Nous nous retrouvons avec Le « Seul au monde » du jeu vidéo ou le « Jeremiah Johnson » du pixel participant au challenge de survie.

Le monde est à nous :
Monde ouvert, The long Dark donne toute l’ambiance dans cet univers glacé du grand Nord Canadien.
Le pire ennemi étant le froid, ainsi que les tempêtes qui suivent.
Tous cela ou chacun de vos pas est un danger permanent.
En effet, puisque le risque de blessure est réel (crevasse, petite chute…etc.).

maxresdefault

Gestion Humaine :
C’est ici que le jeu prend tout son sens et ce dans la gestion de ces propres ressources.
Des ressources qui s’épuisent avec le temps qui passe.
Qu’elles soient biologique comme le nombre de calories brûler, l’hydratation, la chaleur, sans compter la fatigue.
Hé oui ! Le soft d’Hinterland Studio prend en compte le froid, donc l’utilisation de l’énergie calorifique de votre personnage.

Ainsi que les maladies dûes à l’absorption d’eau pollué qu’il faudra d’abord bouillir et par la même faire bouillir devient compliqué surtout si vous n’avez pas d’allumette, de combustible ou même si le vent est trop fort ! Il faudra s’y reprendre à plusieurs fois pour voir une flamme qui pourra sûrement sauvé votre vie !

C’est là ou toute la complexité apparaît pour rester en vie !
Quand on a un fusil c’est pour chasser et rien d’autre (Les balles que l’on trouve au compte goutte valent de l’or !).

A noter le sac à dos qui peu transporté un maximum de 30 kg de matériel (nourriture, outils…). Même si vous dépassez le poids prévu vous pouvez continuer votre périple. Mais cela aura des conséquences sur la fatigue et la vitesse de votre marche.

« Crafting » oui, mais intelligent :

Le système de « craft » est dosé (pour l’instant) de tel sorte que vous puissiez fabriquer des objets bien utiles lorsque qu’une cabane ou un lieu désaffecté sont munis de table d’atelier.
On peu alors trouver des plans de « Craft » utiles pour crée des objets tels que des hameçons, torche… etc.
Mais sachez que fabriquer des objets vous coûtera en temps et en calories.
Explication : Vos actions sont calculées directement en fonction de la méthode de fabrication et de l’objet lui-même.
Cassez une chaise pour avoir du bois à brûler prendra du temps (Mais factuel dans l’instant…Et heureusement) mais aussi encore vos calories.

TheLongDark_AstridClose

Tout est à prendre en compte dans ce contexte difficile.
Pas de carte ou de boussole (Du moins pendant mon test) !
La nuit dehors (sans torche ou flare) peut avoir de grave conséquence pour votre survie.
S’éloigner de votre cabane, grotte…etc.… provoque un stress.
Et cela à la limite du post-traumatique si vous êtes mort une fois avant ! (On repart à zéro un fois mort).
Qui plus est, si la lune n’est pas au rendez-vous pour y voir un peu plus clair, on y voit strictement rien ! (Dormez !…Si vous le pouvez).

Le jeu invite le joueur à penser par lui-même en fournissant des informations mais jamais les réponses. Vous devez gagner le droit de survivre et c’est la règle constante!

96cf8b87e716bd10866de5f18d098ad8_large

Contemplatif :
Le jeu marque aussi son originalité dans l’aspect graphique avec des couleurs très pâles qui de toute façon ne sont pas légions.
Le « mappage » graphique semble lorgner entre une définition proche d’un « Borderlands » en plus terne et le dessin à la pastel.
Reste que les nuits claires et les couchés de soleil sont très beaux.
L’environnement graphique ne privilégie pas la réalité du contexte, mais privilégie la réalité de votre condition physique en milieu extrême.
On dénote aussi quelques musiques ou plutôt mappes d’ambiance un peu « New age »,
Lesquelles en symbiose avec certains moments provoquent une approche poétique contemplative (Un but réel ?).

hinterland_logo_small

A venir :
Un mode histoire (Non accessible pour l’instant) semble en préparation et incorpore un « format épisodique » (Mais pas sûr… ?).
Dans tous les cas l’alpha actuelle propose pas moins de 3 modes de survie dans trois régions qui fournissent chacune près de 20 kilomètres carrés de nature sauvage à explorer ( Et avec plus de régions à venir prochainement).
Plusieurs maps (4) sont déjà accessibles pour votre plus grand danger.

A noter que l’histoire intégrera des personnages que l’on rencontrera rarement, mais d’après Hinterland Studio ceci pourront être amis…ou ennemis.

En conclusion The Long Dark est une belle révélation sur PC et les joueurs console pourront aussi en profiter (Exclusivité console : Xbox One pour l’instant).
Un véritable petit bijou qui lorgne avec des paramètres humains réels dans un univers graphique original.

Bon courage !

« L’ancien ».
Disponible sur Steam (Accès anticipé) et Xbox One (Game preview).

alyxlancien
alyxlancien

Alex dit "l'ancien". Ancien pour plus de 25 ans de passion vidéo ludique. Regard et analyse des contextes environnementaux lié au monde jeu vidéo. Joueurs, testeurs et chroniqueur indépendant. "Le jeu vidéo est art ludique, c'est une liberté totale de pensé et de créativité qui mène à l’expansion de la libre expression artistique.Il n'engendre donc pas un enfermement, mais une ouverture sur l'imaginaire collectif. En quelque sorte c'est une porte sur notre propre liberté individuelle." A."l'ancien"

1 Comment

  1. ah ah c’est le genre de jeu où le maître mot est: démerdes toi !!

    L’approche est intéressante mais le jeu à l’air assez exigeant au niveau des actes.
    peut-être pas aussi exigeant qu’un Dark Soul non plus !!

    je surveille donc ce long dark

Leave a Reply