Xbox rachète (Non contractualisé) Activision Blizzard ! Analyse et décryptage.

Décidément c’est l’année des rachats et pas des moindres puisque celui-ci est tout simplement le plus gros rachat de Microsoft et par la même le plus gros rachat de l’histoire du jeu vidéo.

Néanmoins l’officialisation se fera dans le courant de l’année 2023 du fait de l’importance de la somme et de l’investissement sans compter une surveillance étroite de l’autorité anti-trust.

Pour une somme de 69 milliards de dollars Microsoft s’offre donc un des géants de l’industrie vidéoludique.

Analyse :

Il faut bien se rendre compte de cette somme astronomique qui est équivalente au capital société (chiffres 2020) tout compris de la firme Japonaise Nintendo, c’est pour dire l’importance de cet investissement.

C’est sur l’obtention de grandes licences que tout va se jouer.

Rappelons-le, Activision-Blizzard s’est (Pour les grandes licences uniquement) Call Of Duty, Diablo, Overwatch, World of Warcraft, Heartstone ou le jeu mobile planétaire Candy Crush.

Et ironie du sort c’est aussi une licence qui a fait partie de l’ADN PlayStation, un certain Crash Bandicoot.

Avec en plus une présence majeure sur le marché du jeu mobile comme King (Candy Crush pour ne citer que celui-ci) qui va orienter la division Xbox vers le marché du mobile (Comme Take-Two avec Zynga).

Cela dans l’optique d’une diversification et forcément qui apportera une puissance de feu créatrice, mais aussi technologique.

C’est le service phare de la firme de Redmond qui risque d’être boosté prochainement.

En effet, Un Call Of Duty Day One sur le GamePass risque d’être lanceur d’un succès indéniable pour Xbox en se qui concerne son service.

Notons au passage « Call Off » selon les derniers Charts US que les deux jeux les plus vendus de l’année 2021 sont des… Call of Duty.

En l’occurrence c’est déjà « une bonne pioche » pour Phil Spencer.

Réaction de Sony :

Sans plus attendre Sony a réagi très rapidement concernant en particulier la licence Call Of Duty.

En espérant que Microsoft respect les accords contractuels pour le cross-plateforme.

C’est tout de même un aveu de faiblesse de réagir de la sorte. Et met en position de force Phil Spencer qui a d’ailleurs réagis comme nous l’avons vu.

Secousse sismique financière et sociologique à l’échelon planétaire :

Ce rachat a provoqué une secousse sismique sans précèdent dans tous les domaines, que ce soit sociologique ou boursier.

Par exemple lors de l’annonce mondiale la valeur boursière d’Activision-Blizzard prenait 30% alors que Sony a subi au même moment une perte colossale.

Selon les observations boursières Sony a perdu plus de 17 Milliards de dollars.

Ce qui est juste cataclysmique au niveau de la finance internationale pour une entreprise !

Du point vu revenues/acquisitions Microsoft a pris la première place mondiale devant le géant Chinois Tencent et Take- Two.

Du point de vue social Web :

Les réseaux sociaux ont implosé et les médias ont tous été pris de cours. On notera aussi au passage ces fameux « influenceurs » qui savent tout à l’avance (En fin de compte rien) et qui n’ont strictement rien vu venir.

Forcement il s’en est suivi une palanqué d’analyses frisant parfois l’absurdité.

Vous savez ce que j’en pense….

Que peut-on dire dans un tel contexte ? :

En prenant du recul et si on regarde la situation d’Activision-Blizzard il y a une logique qui intègre le contexte actuel provoquant ainsi un grand mouvement. La société perdait de la puissance en bourse et son titre était en train de descendre dangereusement.

La bonne image de l’entreprise a été aussi atomisée avec les affaires internes concernant la gestion des ressources humaines, ainsi que les procès très médiatiques en cours.

En fin de compte c’était le moment pour que Microsoft fasse sa tentative de rachat. La bête était blessée et c’était le moment pour l’achever.

Une refonte sur 3 annonces :

Dans la même journée c’est-à-dire le 19 Janvier 2022 il y a eu 3 annonces d’Xbox.

Et notez-le bien parce que cela est purement stratégique pour un repositionnement sans équivoque du système Xbox.

Tout d’abord la tentative de rachat et son annonce, ensuite Le chiffre (enfin) annoncé du nombre des abonnés du Gamepass et pour finir le nom de l’organigramme dirigeant qui change.

Avec 25 Millions d’abonnés c’est un succès et l’entreprise a montré la puissance de son service.

Mais aussi change de forme en prenant une nouvelle appellation dans son système organisationnel pour la partie dirigeante comme « Microsoft Gaming ».

Ce qui est annonciateur d’un recentrage de Microsoft mais aussi de ces objectifs de dominer le marché du jeu vidéo dans tous les domaines de ce loisir.

La logique de Microsoft a changé, c’est maintenant le jeu vidéo en premier.

Et Bobby dans tout ça ?

Forcement « Bobby le tordu » si on en croit les dernières déclarations de Phil Spencer concernant la gestion des ressources humaines au sein d’Activision-Blizzard ne va pas rester. La clause de rachat selon des journalistes américains spécifie qu’il restera jusqu’au rachat initiale de la société.

Ensuite « Bobby le tordu » a déclaré qu’« il se mettrait à la disposition de la société qui rachète l’entreprise ».

On connaît la suite….

Il dira qu’il s’en va en retraite et partira avec un chèque de 250M de dollars et cela selon les analystes qui ont eux-mêmes analysés les clauses de son contrat dans la société.

Tout va bien financièrement au pays des « tordus » !

Prospective sur un tel rachat :

On peu tout supposer mais connaissant Microsoft et sa politique dite « globale » (Interview de Bill Gates en 2014) il est quasiment certain qu’Xbox veut dominer le marché.

Avec un tel investissement il ne peut en être autrement.

Xbox Gaming ne « cloisonnera » pas les grandes licences comme par exemple « call off » ou autre.

Il est rentable de faire tourner ce qui vous appartiens sur d’autres plateformes dans le cadre d’un « deal » spécifique.

Et puis en termes d’image cela donne un côté « sympa et démocratique ».   En l’occurrence cela veut dire aussi que l’on est partout.

Les dernières déclarations de Phil Spencer confirme cela…Pour l’instant.

Mais attention, notez bien « accords existants » c’est à dire jusqu’à date d’échéance selon l’existence de ces actuels accords.

En principe dans un contrat comme celui-ci il y a une date de fin.  Cela veut dire que le contrat sera sûrement renégocier ou tout simplement qu’il n’y en aura plus.

Il est évident que le GamePass va bénéficier du catalogue et va lui donner une puissance inégalée sans vraiment de concurrence en face.

Vers une augmentation du service ?

La question reste posée et pour l’instant c’est trop récent pour avoir une réponse ou une semi réponse comme sait si bien le faire « Phil ».

Mais il y a un doute qui subsiste concernant une augmentation du GamePass. Un tel investissement en l’occurence un agrandissement considérable du catalogue de jeux verrait probablement un réajustement du prix.

Cela serait assez facile pour que cela passe tranquille auprès des joueurs avec un « Call Off » Day One sur le GamePass.

Au lieu de payer entre 60 et 70 Euros pour un tel jeu, il vous suffira de vous abonner pour 12 euros par mois (pour l’instant) voir pour 15 ou 17 Euros mensuel.

Monopole : Bien ou pas ?

Si on en croit certains et leur peur de voir Microsoft tout avaler et contrôler, il n’en sera rien.

Déjà en termes de gestion des studios et des équipes il y aura une refonte globale qui annonce un changement radical au sein d’Activision-Blizzard.

Selon les dernières déclarations de Phil Spencer les studios auront une liberté créatrice tout en cultivant une politique d’ouverture concernant les embauches.

Il a donc annoncé une couleur bien différente de celle de « Bobby le tordu ».

Comme le souligne Lusty dans l’une de ces dernières vidéos.

Des licences vont devenir effectivement exclusive oui (La logique de toute entreprise dans ce secteur) et d’autres non comme l’a souligné le « Boss » d’Xbox.

En l’occurrence la psychose de certains(es) de voir Xbox tout garder est sans fondement.

Cela ne serait d’ailleurs pas logique, pourtant Sony l’a fait avec Insomniac Games (Spiderman) pour exemple.

On peu aussi penser à des « deal » dans une sorte d’échange de bon procédé. Sony ne pourra pas continuer à cloisonner certaines licences comme cela.

Dans cette optique de « celui qui domine l’autre » des accords viendront tôt ou tard. Si vous détenez plus de la moitié du trousseau l’autre ne pourra pas ouvrir la porte.

Une puissance créatrice sans équivalent :

C’est donc 14 Studios qui rejoignent l’écurie Xbox en une seule annonce. Et s’est du jamais vu dans cette industrie pourtant toujours en mouvement.

Cela porte à 33 studios (pour l’instant) pour Microsoft Gaming qui lui va fournir de la production en masse, mais aussi faire travailler ensemble les équipes

Notons que la politique de l’écosystème concernant le développement chez Xbox est que chaque studio apporte son expertise, voir son aide à l’autre.

Ce principe pour le moins original est similaire à une sorte de système neuronal qui s’auto-alimente par les productions qu’il apporte.

Avouons-le c’est novateur par rapport à tout ce qui s’est fait dans cette industrie depuis le début de son histoire.

Il y aura donc des jeux et beaucoup de jeux sur toutes les plateformes pouvant diffuser du jeu vidéo.

Voici un tableau de ce qui se prépare ou pourrait se préparer prochainement.  Crédit @valiantfury .C’est très impressionnant sur l’ensemble des projets (non officialisé pour beaucoup).

Le retour des licences dormantes d’Activision-Blizzard ?

Dans une interview pour The Washington Post, le PDG de Microsoft Gaming est notamment revenu sur le sujet.

Phil Spencer souhaite faire revivre les anciennes licences d’ Activision-Blizzard et laisser les studios travailler sur d’autres licences que Call of Duty.

Il se peut que l’on revois « Spyro le Dragon » et « Crash » un jour.

Il est vrai que de très bon titres étaient éclipsés ou rangés dans les tiroirs au profit des plus rentables et pas obligatoirement les meilleurs.

Le mot de la fin :

Il fallait quelque chose ayant une importance capitale dans le monde du jeu vidéo. L’année 2022 a commencé avec beaucoup de rachat et de nouvelles orientations comme nous l’avons vu comme avec Take-Two Interactive Software, Square Enix…etc. et même à plus petite échelle avec l’éditeur Team 17.

La globalisation n’a pas que du bon dans cette industrie quand on voit les NFT s’imposer partout.  Elle peut aussi permettre une forme de « libération » quand il s’agit de reprendre une entreprise qui manque à ces obligations comme Activision-Blizzard.

Du point de vue de la concurrence c’est bénéfique et cela oblige les autres à plus de créativité et surtout leur faire sentir qu’ils ne sont plus seuls dans le match.

Les grands enjeux ont commencé et de grand changement s’annonce.

Reste à savoir si notre industrie du loisir interactif reviendra à la raison avec ce rachat concernant certains positionnements commerciaux assez pervers.

« wait and see… »

L’Ancien

Sources: Alfred Lameche (Twitter), Lusty (Youtube), Les Echos, Muelty, Gamergen, Xboxsquad, Microsoft, Washington Post, Frandroid, Gamekult, phonandroid.com, Xboxygen.

alyxlancien

"l'ancien". Ancien pour plus de 35 ans de passion vidéo ludique. Regard et analyse des contextes environnementaux lié au monde jeu vidéo. Joueurs, testeurs et chroniqueur indépendant. "Le jeu vidéo est art ludique, c'est une liberté totale de penser et de créativité qui mène à l’expansion de la libre expression artistique. Il n'engendre pas d'enfermement, mais une ouverture sur l'imaginaire collectif. En quelque sorte, c'est une porte vers notre propre liberté individuelle." A."l'ancien" -Twitch: https://twitch.tv/alyx76 -YouTube : https://youtu.be/HPgQJA33dMo -Discord: L'ancien chroniqueur JV -Mail :lancien.chroniqueur@numericable.fr - Twitter : @LChroniqueur

Leave a Reply